Guide Michelin 2012

IlesLes îles du ponant au large de la Bretagne et du Finistère : Molène, Ouessant, Sein, Batz, Glénan

Les iles de Finistère

Les iles du ponant : Molène, Ouessant, Batz, Sein, Glénan

Ouessant

Située à 20 km au large du Conquet, l’île est intégrée depuis 1969 au parc naturel régional d’Armorique. Depuis 1988 l’archipel de Molène et l’Île d’Ouessant sont classés « réserve de la biosphère de la mer d’Iroise » par l’UNESCO. L’île constitue le meilleur site français pour l’observation automnale des oiseaux sibériens et de nombreuses espèces exotiques.

L’île présente au visiteur une vaste zone naturelle ; l’extension de l’habitat reste restreinte ; les interventions de l’homme sont limitées aux secteurs habités.

La flore marine a une grande diversité, présente une variété de peuplements d’algues que l’on découvre lors des basses marées – les laminaires et, sur les rochers une petite algue moissonnée en été – pioca – utilisée dans l’industrie alimentaire.

Les troncs arrachés de laminaires – le melkern – s’accumulent sur le haut des grèves ; séchés, ils servaient autrefois de combustible, tout comme le goëmon de rive – le bizin tan – que l’on coupe à la main. Le goëmon déposé par les vagues sur le haut des grèves est utilisé, comme dans le passé, pour fumer les jardins.

Molène

Molène, l’île tranquille, a donné son nom à tout l’archipel que le visiteur aperçoit au long de son périple naval Le Conquet-Molène-Ouessant composé d’une myriade d’îles ou d’îlots : Béniguet, Quéménès, Trielen, Bannec, Balanec… et Ouessant.

Cet archipel où la nature est reine, a été reconnu par l’UNESCO comme réserve biologique et endroit à préserver : la Biosphère d’Iroise, label de garantie de nature, vraie et pure paradis d’iode et d’oxygène, réserve d’oiseaux marins, lieu de rencontre avec les phoques gris ou les dauphins.

Molène c’est aussi une île où vivent des hommes attachés à leur terre d’Iroise : pêcheurs, commerçants, retraités, sauveteurs ; cette île vous charmera par sa tranquillité, son silence, seulement troublé par le cri des mouettes et le flop-flop des bateaux allant ou revenant de la pêche.

Ici les ruelles appartiennent aux piétons, aux promeneurs… et la vie se déroule calmement, au rythme des marées. Un service assure chaque jour des navettes continent-île et déverse son flot de résidents de retour du continent, des jeunes de retour des écoles (les grandes écoles), des touristes ou des visiteurs inspirés…

Batz

Le superbe jardin exotique de l'île de Batz en Finistère

A seulement 15 minutes en bateau de Roscoff, l‘île de Batz est une île profondément originale, qui abrite une communauté d’agriculteurs et de pêcheurs dont l’activité rythme la vie quotidienne et façonne le paysage. Amendées aux algues, leurs récoltes ont un bon goût iodé ! Au delà des champs les paysages varient : côte rocheuse, cordons de galets, plages de sable fin, marais… et même un jardin exotique, véritable oasis breton, le jardin Georges Delaselle.

Le Jardin Georges Delaselle est un petit bijou d’exotisme né du coup de foudre pour l’île et de la passion des végétaux d’un assureur parisien. Il consacra une grande partie de sa vie et de sa fortune à la construction (au tout début du XXe siècle) d’une collection de plantes tropicales qui se sont bien acclimatées sur ce bout de terre réchauffé par le gulf stream. A l’ombre de cyprès protecteurs s’apanouissent aujourd’hui plus de 2000 espèces, originaires pour le plupart de l’hémisphère sud.

Sein

L‘île de Sein est une petite langue de sable et de galets qui fait face à la pointe du Raz semble posée à plat sur l’horizon. Les jolies maisons du bourg se blotissent et forment un vrai labyrinthe dont seuls les senans connaissent chaque recoin. A chacun de protéger l’île, de veiller, comme pour un trésor, sur chaque caillou, chaque fleur…

Les Glénan

Archipel de Glénan, son nom sonne déjà comme la promesse d’un eden… Et le tableau se révèle à la hauteur de l’espoir : la transparence de l’eau, l’éclat particulier du sable, la danse des voiles de plaisance, les changements de décor au gré des marées, donnent à ce chapelet d’ilots des allures paradisiaques. On ne s’étonne donc pas d’y voir fleurir une plante unique au monde : un narcisse qui a réservé aux Glénan son exclusivité.